La méthode DACUM

Origine de la méthode DACUM

La méthode DACUM (un acronyme en anglais signifiant Developing ACUrriculuM) a été mise au point au Canada au cours des années 1960. Conçue et utilisée à l’origine comme ‘un système complet de développement et gestion du processus d’apprentissage’, DACUM a évolué pour devenir un modèle intégré de gestion et de développement des compétences. Sa première composante, l’analyse DACUM, fait aujourd’hui office de ‘standard’ dans de nombreux milieux (éducation, gouvernements, entreprises, organismes sans but lucratif, …) sur tous les continents.

 

DACUM et l’Association canadienne de la formation professionnelle (ACFP)

L’Association canadienne de la formation professionnelle, fondée en 1960 en vertu d’une charte fédérale, est un organisme sans but lucratif ayant pour mission de promouvoir et de favoriser tout programme et toute activité de formation ayant pour finalité le développement et le maintien de la compétence professionnelle.

 

Le programme de formation à la méthode DACUM de l’ACFP a démarré en 1993. Il a été conçu et développé par Lawrence Coffin, co-fondateur du Holland College de l’île-du-Prince-Édouard (PE) et, jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite en 2006, un des plus grands experts de la méthode DACUM au Canada et sur la scène internationale..

Dans sa version actuelle, le programme de formation à la méthode DACUM de l’ACFP est constitué de deux modules :

  • DACUM I : Facilitateur d’une analyse DACUM
  • DACUM II : L’utilisation d’une analyse DACUM à des fins de formation

L’ACFP offre aussi deux programmes de certification :

  • Le programme international de certification Facilitateur d’une analyse DACUM
  • Le programme de certification Formateur DACUM

 

À ce jour, plus de 1500 personnes ont complété les modules de formation DACUM I ou DACUM II. Outre le fait qu’il ont été dispensés à de nombreuses reprises à travers le Canada, les ateliers DACUM de l’ACFP ont aussi été diffusés dans de nombreux pays tels l’l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Bénin, le Brésil, le Burkina Faso, le Chili, Cuba, la Finlande, Israël, le Mali, le Mexique, le Qatar, le Rwanda et le Sénégal.

Le but premier des programmes de formation et de certification DACUM de l’ACFP est de promouvoir et de disséminer les pratiques d’excellence concernant l’utilisation de la méthode DACUM, telles que décrites dans le document ayant pour titre Normes d’Assurance Qualité DACUM de l’ACFP.

Pour plus de renseignements au sujet des programmes de formation et de certification DACUM offerts par l’ACFP, veuillez consulter les sous- sections ici

Caractéristiques de l’analyse DACUM de l’ACFP

La notion de compétence professionnelle
La méthode DACUM de l’ACFP s’appuie sur la définition suivante : c’est la démonstration par un individu qu’il possède la capacité – c’est-à-dire les connaissances, les habiletés et les attitudes – d’accomplir un acte professionnel ou une tâche conformément à une norme et / ou à toute exigence prédéterminée.

Niveaux d’analyse
La méthode DACUM compte six (6) niveaux d’analyse :

1er Niveau L’objet et la portée de l’analyse

  • Objets possibles : une famille de métiers ou de professions, un métier ou une profession, une fonction, un rôle, un poste …
  • Portée : la portée précise ce qui est inclus et exclus de l’analyse (ex. : certains métiers ou certaines professions, certaines spécialités, certains niveaux ou classes d’emploi, certains environnements de travail, …)
2e Niveau Les Champs de compétences (CDC) On distingue deux types de CDCs :

  • Les CDC professionnelles (ou techniques)
  • Le(s) CDC personnelles

Les CDC professionnelles (ou techniques) font état des principales responsabilités d’une famille de métiers / professions, d’un métier ou d’une profession, d’une fonction, d’un rôle ou d’un poste

3e Niveau Chaque CDC est ventilé en Tâches (ou compétences). Les tâches, à l’instar des CDC, des sous-tâches et des sous-sous-tâches, sont définies en termes comportementaux et débutent par un verbe d’action
4e Niveau Chaque énoncé de tâche est ventilé en Sous-tâches. Les sous-tâches sont les principales étapes requises pour accomplir / exécuter une tâche
5e Niveau Chaque sous-tâche est subdivisée en une série d’opérations ou de gestes clés
6e Niveau Le 6e Niveau permet d’identifier les compétences personnelles les plus essentielles dont il faut faire preuve lorsqu’on accomplit une tâche donnée (3e niveau) ou les sous-tâches qui s’y rapportent

N.B. Les énoncés résultant des 5e et 6e niveaux peuvent servir ‘d’ingrédients’ pour définir des indicateurs de performance, lesquels font office de critères pour évaluer la compétence; un 7e niveau d’analyse peut s’ajouter pour identifier les connaissances requises pour être en mesure d’accomplir une tâche donnée.

Les principes directeurs de l’analyse DACUM
Tous ces niveaux d’analyse résultent d’une consultation structurée auprès d’un groupe de praticiens experts. Un tel recours systématique aux praticiens experts d’un métier, d’une profession, d’un rôle ou d’une fonction donnée s’appuie sur les principes directeurs suivants :

  • Les experts praticiens peuvent décrire leur travail mieux que toute autre personne
  • Une manière efficace d’analyser un métier ou une profession consiste à inventorier et à analyser les tâches qui sont exécutées par des experts praticiens
  • Toutes les tâches, pour être correctement exécutées, requièrent un ensemble de connaissances, d’habiletés et / ou d’attitudes

Le processus d’analyse
Les six (6) niveaux d’analyse constituent le produit de deux ateliers :

  • Atelier 1 : la charte des compétences (qui comprend les 3 premiers niveaux; durée de l’atelier : 2 à 3 jours)
  • Atelier 2 : l’analyse détaillée des compétences (permet de ‘générer’ les 4e, 5e et 6e niveaux d’analyse; durée minimale : 3 jours; la durée varie selon le nombre de compétences à analyser)

Une validation de l’analyse DACUM est généralement recommandée. Le mode et le format peuvent varier selon l’utilisation (les utilisations) que l’on compte faire de l’analyse DACUM et selon le nombre et le profil des personnes que l’on souhaite associer à cet exercice.

L’utilisation d’une analyse DACUM-ACFP à des fins de formation

ANALYSE DACUM FORMATION
L’objet et la portée de l’analyse
(1er niveau d’analyse)
… sert à identifier … Les destinataires du
programme de formation
Les champs de
compétences (CDC) 

(2e niveau)
… servent à définir … Le but et les objectifs
généraux du programme
Les compétences
spécifiques (tâches) 

(3e niveau)
… servent à déterminer … Les unités d’apprentissage
du programme (les modules)
Les sous-tâches
(4e niveau)
… servent à définir … Les objectifs spécifiques d’une unité d’apprentissage (d’un module), formulés en terme de performance attendue
Les principales opérations
ou gestes clés

(5e niveau)
et
Les compétences personnelles
jugées les plus essentielles

(6e niveau)
… servent à déterminer … Les indicateurs de
performance (IP) 

Chaque IP doit inclure, si possible, des critères d’évaluation de la performance tels tes respect des lois, des règlements et des nomes de pratique en vigueur.
+
L’identification, en se référant à la Charte des compétences, des compétences personnelles jugées les plus essentielles dont il faut faire preuve lorsqu’on accomplit une tâche donnée ou les sous-tâches qui s’y rapportent.
  • RECHERCHE DANS LA BASE DE DONNÉES

    Depuis 2011, l’infolettre de l’ACFP/CVA vous présente une compilation de documents et de liens pertinents sur les spécialités et thématiques liés au domaine de la formation professionnelle.

    Le moteur de recherche vous donne accès à des milliers d’étiquettes. Vous pouvez explorer la liste ou utiliser l’option de filtrage qui vous permet de raffiner votre sélection en choisissant une ou plusieurs étiquettes.